Les différentes techniques de fabrication d’un vitrail

Que ce soit pour les églises, les musées, les palais ou autres, les techniques de conception du verre se sont beaucoup évoluées depuis ces dernières, et ce grâce à la technologie. Toutefois, l’art du vitrail demeure un long processus, une longue étape qui s’appuient entièrement sur les techniques de conception classiques. Ces dernières qui ont évolué depuis le Moyen-âge. Ainsi, que ce soit pour un vitrail medieval, pour une église chrétienne, pour un vitrail à la Renaissance, etc. Découvrez à travers cet article les différentes techniques permettant de créer ses plus belles œuvres d’art et éléments de décoration à part entière d’un édifice.

La technique pour la conception d’une maquette

L’art du vitrail commence avant par la création d’une maquette, une esquisse précise qui permet de révéler d’ores et déjà le résultat final. En effet, une fois colorée, la maquette indique en toute précision le tracé des plombs. Elle sert par la suite de référence du début jusqu’à la fin de l’élaboration du chef-d’œuvre. À part cela, la maquette sert également de base au carton. Ce dernier qui est conçu en suivant les dimensions réelles du vitrail avant d’être dupliqué en trois exemplaires grâce au papier carbone. Cela dit, pour en savoir sur l’origine de la majorité des vitraux que vous rencontrez actuellement dans une église chrétienne, on vous invite à vous rendre directement sur glasmalerei-latos.eu 

La technique de la coupe et de la peinture sur verre

Après la réalisation de la maquette, vous pouvez désormais passer à la découpe du verre. Pour ce faire, la dimension de la pièce (maquette) est installée sur le verre. Elle sera par la suite reproduite soigneusement grâce à un marquage avec un stylo permanent. Après, il vous importe de donner une forme au verre. En d’autres termes, il ne vous reste plus qu’à découper le verre en suivant le tracé que laisse le stylo permanent. Pour information, la technique de découpe peut être réalisée avec une coupe verre, une coupe molette ou encore un coupe diamant. Pour une série de découpes un peu plus difficile, le recours à une « marteline » s’avère être nécessaire pour travailler la coupe. En outre, suivant le modèle ou les motifs de la maquette, il est possible d’ajouter une touche de décoration supplémentaire au vitrail, et ce en suivant correctement la technique de peinture adaptée à la réalisation.

La technique de sertissage et du masticage

Une fois que la peinture est bel et bien finie, place maintenant au Montage ou à la mise au plomb de différentes pièces de verre. Cette étape doit par-dessus tout respecter le tracé du plomb prédéfini durant le calibrage. Cela dit, la technique de sertissage consiste à assembler toutes les pièces du verre à travers une baguette à plomb. Alors que les points d’intersection sont quant à eux soudés et reliés à l’étain, sur les deux faces. Dès lors que les soudures sont terminées, il vous importe ensuite de consolider le vitrail en y appliquant une petite couche de mastic, histoire de combler les espaces vides entre le plomb et le verre. Après le masticage, place maintenant à la dernière étape, c’est-à-dire la technique d’enrobage. Cette dernière est réalisée avec du film de cuivre de qualité supérieure pour garantir une adhésion parfaite de l’ensemble du verre. Elle doit ainsi être conçue avec minutie et avec soin afin que le rendu final soit impeccable. À la fin, il ne vous reste plus qu’à nettoyer le vitrail avant de le livrer ou l’installer dans les églises, les musées d’art, etc.

Tous les résultats, toutes les vidéos et les interviews avec vos sportifs favoris sont à découvrir dans cette rubrique quotidienne.